DCSIMG
Skip Global Navigation to Main Content
Textes-Transcriptions

Déclaration de Mme Clinton à propos du Rapport sur la liberté religieuse dans le monde

02 août 2012

Département d’État
Bureau de la porte-parole
Le 30 juillet 2012

Allocution de la Secrétaire d’État Hillary Rodham Clinton
à l’occasion de la publication du Rapport sur la liberté religieuse dans le monde 2011

Le 30 juillet 2012
Carnegie Endowment for International Peace
Washington

LA SECRÉTAIRE D’ÉTAT HILLARY RODHAM CLINTON : Je vous remercie, et je suis très heureuse de me joindre à vous aujourd’hui pour vous parler d’une problématique qui façonne la vie des populations mondiales au même titre que tant d’autres, la liberté religieuse. Et je souhaite remercier Jessica Metthews de m’avoir présentée et surtout du dévouement dont elle fait preuve depuis de nombreuses années, mais en particulier de ses qualités de leader, elle qui préside le Carnegie Endowment for International Peace.

Il y a quinze ans, Jessica écrivait sur les tendances qui commençaient à peine à attirer l’attention du public, c’est-à-dire le développement des technologies de l’information et la création de réseaux mondiaux hors de la sphère gouvernementale. Elle affirmait à l’époque que ces changements auraient un effet à la fois positif et négatif sur les événements mondiaux et que les gouvernements devraient s’adapter s’ils ne voulaient pas être dépassés par cette évolution mondiale. Il s’avère qu’elle avait parfaitement raison. Et en fait, j’ai œuvré pour faire de l’intégration des nouvelles technologies et des contacts avec les groupes de la société civile et le secteur privé, les communautés de la diaspora et autres organisations non-gouvernementales, la marque emblématique de ma carrière de secrétaire d’État, ce qui veut dire qu’il ne s’agit pas d’une arrière-pensée, d’un ajout après coup, mais d’une dimension intégrée à notre travail car clairement, notre travail sera influencé et affecté par l’ensemble de ces acteurs non-gouvernementaux.

Je souhaite maintenant rendre hommage à deux personnes : Michael Posner, notre secrétaire d’État adjoint pour la démocratie, les droits de l’homme et le travail, avec lequel j’ai eu le grand privilège et l’honneur de collaborer étroitement pendant plusieurs années, et Suzan Johnson Cook, l’ambassadrice itinérante pour la liberté religieuse dans le monde, avec qui j’ai eu le privilège de travailler non seulement au Département d’État mais aussi dans l’une de mes précédentes incarnations, lorsque j’étais sénatrice de l’État de New York. Quant à Chris Seiple et Bill Vendley, deux de mes principaux conseillers de la société civile sur la question, je leur suis reconnaissante de leurs efforts et ainsi qu’à ceux de tous les représentants du Congrès, des ambassades, les membres du Groupe de travail sur la religion et la politique étrangère, et d’autres qui reconnaissent l’importance de cette problématique, savent ce qu’elle représente et s’y sont consacrés.

Un peu plus tôt dans la journée, le Département d’État a publié son dernier Rapport sur la liberté religieuse dans le monde. Il commence par ces mots qui guident notre travail et celui des gouvernements et des particuliers dévoués à la cause de la liberté religieuse dans le monde. C’est le texte de l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ecoutez-le à nouveau car la plupart de ces idées dont je parle aujourd’hui sont profondément ancrées dans notre Constitution, dans notre foi en l’importance du libre exercice de la religion. Mais il faut se souvenir que ces mots ont été adoptés par la communauté internationale, et pas seulement par les États-Unis.

Je les cite donc : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion : ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seul ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte ou l’accomplissement des rites. »

Ce sont donc des principes clairs et directs qui rassemblent certains à la fois dans une unité sincère et des désaccords violents. Pour les États-Unis, bien entendu, la liberté religieuse est une valeur chérie, garantie par la Constitution, un intérêt stratégique national et un objectif prioritaire de politique étrangère.

Il est particulièrement urgent que nous mettions l’accent sur la liberté religieuse car lorsque nous examinons la situation mondiale et nous demandons si la liberté religieuse est en essor ou en recul, la réponse donne à réfléchir. Plus d’un milliard d’être humains vivent dans des pays où les autorités suppriment systématiquement la liberté religieuse. Les nouvelles technologies ont muni les gouvernements répressifs d’outils supplémentaires pour bâillonner l’expression religieuse. Les membres des communautés religieuses qui subissent des pressions depuis longtemps nous indiquent que celles-ci s’intensifient. Même certains pays qui progressent sur la voie de la liberté politique restent immobiles lorsqu’il s’agit de liberté religieuse. Donc, lorsqu’il s’agit de ce droit de la personne, cet élément essentiel des sociétés stables, sûres et paisibles, le monde régresse.

Pendant ce temps, plusieurs pays abritant diverses communautés religieuses vivent en ce moment une transition démocratique. Ils se débattent avec des questions, se demandant s’il faut protéger la liberté religieuse de leur population et comment y parvenir. Ceci est vrai de plusieurs pays, de la Birmanie à la Tunisie, et de bien d’autres. Mais prenons l’Égypte, par exemple, que j’ai visitée il y a deux semaines. J´ai eu une conversation bouleversante et très personnelle avec des chrétiens fortement inquiets de l’avenir qui les attend, eux et leur pays. Ce que l’Égypte et d’autres pays décideront aura un énorme impact sur la vie des ces personnes et contribuera à déterminer si ces pays sont capables d’instaurer une vraie démocratie.

Il s’agit donc d’une problématique qui transcende les divisions religieuses. Partout, toutes les confessions ont intérêt à défendre et à élargir la liberté religieuse. J’en suis fortement convaincue moi-même car j’ai vu de mes propres yeux que la liberté religieuse est une caractéristique essentielle de la dignité humaine mais aussi des sociétés stables et prospères. Statistiquement parlant, elle est liée au développement économique et à la stabilité démocratique. Et elle crée un climat dans lequel des personnes de confessions diverses peuvent dépasser leur méfiance et résoudre ensemble des problèmes communs.

J’ai également vu l’inverse se produire. L’absence de liberté religieuse peut engendrer un climat de peur et de suspicion qui affaiblit la cohésion sociale et éloigne les populations de ses dirigeants. Ce qui peut, bien entendu, entraver les progrès à l’échelle nationale. Et puisque l’impact de la liberté religieuse dépasse le domaine de la religion et a des implications pour la sécurité d’un pays et pour ses progrès économiques et politiques, un plus grand nombre d’étudiants et de praticiens de la politique étrangère doivent y consacrer plus de temps et d’attention.

Aujourd’hui, je souhaite plaider pour la liberté religieuse et expliquer pourquoi tous les peuples et les gouvernements devraient l’appuyer. Et je souhaite aborder les arguments de ceux qui entravent la liberté religieuse pour justifier leurs actes.

Je vais commencer par vous décrire la vie de ceux qui, nombreux, vivent privés de cette liberté. Dans les situations les plus dures, certaines religions sont totalement interdites et un croyant peut être condamné à mort. Des lois strictes interdisent le blasphème et le dénigrement de la religion. Et lorsque vos paroles sont interprétées comme allant à l’encontre de ces lois, vous pouvez être condamné à mort. La violence envers les minorités religieuses reste souvent impunie par les autorités qui détournent les yeux. Le message est donc clair : prenez garde si vos croyances ne reçoivent pas l’approbation des autorités !

Les gouvernements qui cherchent à donner l’illusion de la liberté en créant des associations religieuses avalisées par l’État envoient le même message. Ils disent : « Écoutez, nos populations peuvent pratiquer l’une des religions autorisées, c’est à eux de choisir ». Mais si ces gens se font prendre lorsqu’ils vont former leur propre communauté en dehors de ces associations ou recevoir une instruction de leurs chefs religieux, ils peuvent être emprisonnés.

La liberté religieuse ne concerne pas que la religion. Il ne s’agit pas tant du droit des catholiques de célébrer une messe, des musulmans de procéder à un enterrement religieux, des Bahaïs de se réunir chez eux pour prier ou des juifs de célébrer les grandes fêtes religieuses ensemble, même si ces rituels sont très importants. La liberté religieuse se réfère aussi au droit des peuples de penser librement, de dire ce qu’ils veulent et de se réunir au sein de congrégations sans être surveillés par l’État.

C’est pourquoi le libre exercice de la religion est la première liberté garantie par le premier amendement de notre constitution, avec la liberté d’expression et d’association. Car là où existe la liberté religieuse, les autres libertés existent également. C’est aussi la raison pour laquelle la Déclaration universelle des droits de l’homme protège la liberté de pensée, de conscience et de religion, toutes les trois ensembles, parce qu’elles attestent de la même capacité, présente chez tous les êtres humains, de suivre sa conscience, de faire des choix moraux pour soi, sa famille et sa communauté.

Ces droits donnent du sens et de la dignité à notre vie, quelle que soit notre religion, et que nous ayons ou non une religion. Et à l’instar de tous les être humains et de tous les droits de la personne, ce sont des droits innés par le simple fait que nous sommes « des êtres pensants et agissants », hommes et femmes pareillement. Ils ne nous sont pas octroyés par un quelconque État. Il incombe plutôt à l’État de les protéger.

Évidemment, tel n’est pas le point de vue des régimes qui entravent la liberté religieuse. Ils choisissent de voir les choses différemment. Ils emploient notamment deux arguments pour justifier leurs actes. Ces deux arguments valent la peine d’être examinés.

Le premier veut que seules certaines personnes aient le droit de pratiquer leur religion, ce sont celles qui appartiennent à la bonne religion. Leur définition de la religion est telle que si vous ne croyez pas ce qu’ils veulent que vous croyiez, ce que vous faites alors n’est pas pratiquer la religion, parce qu’il n’existe qu’une seule définition de la religion. Eux, et eux seuls, avec les responsables religieux auxquels ils s’associent, possèdent l’ultime vérité. Tous les autres, y compris ceux qui, au sein de la même religion, ont une interprétation divergente de certaines lois ou traditions religieuses, ont tort, sont des hérétiques, des infidèles et ne méritent pas d’être protégés par la loi. Peut-être ne méritent-ils même pas de vivre.

Étant donné que cette question enflamme les esprits, il peut être difficile d’en parler de façon constructive. On ne peut avoir de débat avec une personne qui est convaincue que quiconque est en désaccord avec elle est, par définition, en désaccord avec Dieu. Je vais donc simplement ajouter ce qui suit :

Certains peuvent penser qu’ils sont, avec ceux qui leur ressemblent, les détenteurs de la seule vérité. C’est leur droit. Cependant, ils n’ont pas le droit de porter atteinte à ceux qui, selon eux, sont dans l’erreur. Mais leur société paie le prix lorsqu’ils choisissent de regarder autrui avec haine ou dégoût. Les droits de l’homme deviennent une réalité non seulement dans les interactions entre citoyens et État mais aussi dans ces millions de moments ordinaires entre voisins, étudiants, collègues de travail et même étrangers dans la rue. Chaque fois que certains choisissent la tolérance et le respect plutôt que la peur et l’animosité, les droits de l’homme s’en trouvent renforcés, pour eux mais aussi pour tout le monde, parce qu’ils affirment leur humanité commune. C’est ainsi que la liberté religieuse inscrite dans le droit se manifeste par une harmonie religieuse présente dans toute la société.

Les responsables religieux ont un rôle essentiel à jouer dans ce processus. Et il faut qu’ils encouragent leurs fidèles à adopter les principes de paix et de respect, qui sont les piliers de presque toutes les religions mais se trouvent aussi au cœur de la liberté religieuse. Et ensuite, fait plus important, ces responsables doivent affirmer que le respect de la liberté religieuse d’autrui est conforme et non opposée aux droits de chacun. Lorsque des fidèles de toutes religions peuvent pratiquer librement, un cadre est créé dans lequel la liberté de chacun est plus solide.

Les responsables et gouvernements, pendant ce temps, ont leurs propres responsabilités. Les peuples peuvent penser ce qu’ils veulent mais les gouvernements doivent protéger activement les droits de tous. Le monde doit exiger des gouvernements qu’ils adhèrent à des critères différents de ceux des particuliers. Qu’ils soient laïcs ou religieux, musulmans, chrétiens, hindous, officiellement athées ou autres, les gouvernements ont l’obligation solennelle de protéger les droits de tous les citoyens, quelle que soit leur religion ou leur croyance.

Certains responsables essaient de s’excuser du fait qu’ils traitent certains groupes différemment en disant : « Mais c’est ce que souhaite la population ». Ils affirment croire personnellement en la liberté religieuse mais lorsqu’une majorité veut qu’un groupe soit emprisonné, jeté hors des écoles ou licencié, la démocratie ne signifie-t-elle pas, précisément, de suivre la volonté du peuple ?

Eh bien, pour répondre à cet argument, il y a une grande différence entre la démocratie et la tyrannie de la majorité. La liberté que procure la démocratie ne comprend pas celle de malmener l’égalité de tous les citoyens devant la loi. C’est pourquoi les droits universels sont souvent garantis par les constitutions. Ils offrent des garde-fous contre les lois qui privent les membres de groupes minoritaires de leurs droits. Lorsque l’opinion publique se montre encline à restreindre les droits des minorités, les responsables doivent se souvenir qu’ils doivent faire preuve de loyauté et de jugement envers la population. Les responsables doivent diriger et rappeler à la population que lorsque des droits ne s’appliquent qu’à certains, « c’est à dire, lorsque les principes sont abandonnés au profit du pouvoir », c’est la porte ouverte aux doléances légitimes et à l’instabilité. Les vraies démocraties recourent aux principes pour guider le pouvoir et protéger les droits de tous les citoyens.

Le second argument avancé par les responsables qui s’opposent à la liberté religieuse consiste à dire que la liberté est un luxe et qu’ils n’en ont pas encore les moyens. Si les lois qui restreignent la pratique et l’expression religieuse étaient abolies, disent-ils, le résultat serait l’instabilité : une montée du sentiment antigouvernemental, la désintégration du tissu social, des actes de vandalisme plus nombreux, le harcèlement et la violence. En fait, c’est là le même argument avancé par les responsables pour justifier la répression de l’expression politique, de la liberté de la presse ou des groupes de la société civile ou de toute activité remettant en cause le statu quo et reflétant les aspirations démocratiques de la population.

Mais en fait, une longue pratique et notamment des études universitaires montrent que c’est l’absence de liberté religieuse qui est liée aux conflits religieux et à l’extrémisme violent. Il est également prouvé que les conflits sont plus probables lorsque les pays sont dotés d’une religion d’État et persécutent les minorités religieuses.

C’est logique, quand on y pense. Lorsque les populations sont traitées à égalité devant la loi, les hostilités entre voisins diminuent et l’unité sociale a des chances de progresser. Il en va de même pour la confiance dans le processus démocratique car les populations sont confiantes dans le fait que leurs droits seront protégés, quelle que soit la personne au pouvoir.

En d’autres termes, la liberté religieuse est l’une des ces soupapes de sécurité. Elle permet aux populations d’avoir leur mot à dire dans des aspects importants de leur vie, de participer pleinement à la société dans laquelle ils vivent et de canaliser leurs frustrations vers des débouchés constructifs. Lorsque les gouvernements répriment la liberté de religion, ils ferment ces soupapes de sécurité. Il peut en résulter de l’humiliation, du mécontentement, un désespoir qui ne peuvent s’exprimer et deviennent le ferment des conflits et de l’extrémisme.

Certains gouvernements sont en train de s’en rendre compte. En Lybie, par exemple, depuis que Kadhafi a été renversé, le nouveau gouvernement a choisi de ne pas faire appliquer certaines lois qui restreignent la liberté religieuse ; ils ont inscrit la liberté de pratique de la religion dans leur constitution provisoire et banni la discrimination sur la base de la religion ou des sectes. Au début de l’année, la Cour Suprême de la Lybie a infirmé une loi pénalisant les insultes contre l’islam, car ils en sont venus à penser que le meilleur moyen de gérer les discours offensants n’est pas de les bannir mais d’y répondre par d’autres discours montrant la vacuité des insultes et des mensonges.

Pendant ce temps, l’Égypte se débat avec ces défis tandis qu’elle traverse cette transition démocratique sans précédent. Et lors de ma récente visite, j’ai rencontré des membres du nouveau gouvernement, y compris le président Morsi et des représentants des communautés chrétiennes d’Égypte. La liberté religieuse était très présente dans les réunions à huis clos et dans les rues. Le président Morsi a clairement affirmé et a répété, en public et en privé, qu’il a l’intention d’être le président de tous les Égyptiens. Il a promis de nommer un gouvernement inclusif et de nommer des femmes et des chrétiens à des postes importants. Les Égyptiens et la communauté internationale attendent de lui qu’il tienne ses engagements.

Mais j’ai écouté les chrétiens qui souhaitent entendre qu’on leur accordera les mêmes droits et le même respect que les autres Égyptiens dans ce nouveau gouvernement dirigé par un parti islamiste. Ils se demandent, et on les comprend, si un gouvernement qui cherche explicitement à s’appuyer plus fortement sur les principes de l’Islam défendra également les musulmans et les non-musulmans. Étant donné que l’Égypte se trouve pour la première fois dans cette situation, cette question est légitime. Les Égyptiens sont en train de construire une toute nouvelle démocratie. A quoi ressemblera-t-elle, comment fonctionnera-t-elle, comment gérera-t-elle le pluralisme religieux, les Égyptiens répondront à ces questions et à bien d’autres dans les années à venir.

Comme je l’ai dit aux chrétiens que j’ai rencontrés, les États-Unis ne prennent pas parti pour un parti politique ou un autre. Ce que nous faisons, c’est soutenir fermement certains principes. Oui, nous soutenons la démocratie, une vraie démocratie, dans laquelle chacun a le doit de vivre, de travailler et de pratiquer sa religion comme il le souhaite, qu’il soit musulman, chrétien ou autre, une démocratie dans laquelle aucun groupe, aucune faction ne peut imposer son autorité, son idéologie ou sa religion à quiconque, dans laquelle il existe une saine concurrence et ce que nous appelons l’équilibre des pouvoirs, afin qu’aucune institution ou dirigeant n’ait trop de pouvoir, et enfin dans laquelle les droits de tous sont respectés et protégés.

La population égyptienne attendra de ses responsables élus qu’ils protègent les droits de tous les citoyens et gouvernent de façon équitable et inclusive, et nous ferons de même. Et si les électeurs choisissent d’autres candidats lors des prochaines élections, alors ils attendront, tout comme nous, que ces responsables s’inclinent devant la volonté du peuple et quittent le pouvoir. Nous sommes prêts à collaborer avec les responsables choisis par le peuple égyptien. Mais notre engagement envers ces responsables sera fondé sur leur respect des droits de la personne et des principes démocratiques universels.

Un autre aspect significatif de la transition égyptienne consiste à savoir si les Égyptiens eux-mêmes respectent leurs propres différences. Cette capacité a été démontrée de façon éclatante sur la place Tahrir lorsque des chrétiens ont formé un cercle autour des musulmans en prière et que des musulmans ont formé une chaine humaine pour protéger des chrétiens qui célébraient une messe. Je pense que cet esprit d’unité et de fraternité est un aspect très émouvant de la façon dont les Égyptiens et nous-mêmes avons réagi à ce qui s’est passé à l’époque sur cette place. Et supposons que, dans les années à venir, les Égyptiens continuent de protéger cette précieuse admission, à savoir que chaque Égyptien peut contribuer à l’avenir de son pays, un pays dans lequel des personnes de religions différentes seront réunies par la camaraderie, alors ils peuvent apporter un sentiment d’espoir et de réconciliation à de nombreuses communautés d’Egypte qui ont fort besoin d’entendre ce message.

Lorsque nous nous tournons vers l’avenir, non seulement en Égypte, non seulement dans les États récemment libérés et à la recherche de la démocratie en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, mais bien au-delà, nous continuerons à plaider avec force pour la liberté religieuse. C’est une priorité essentielle de notre politique étrangère, une priorité que nous mettons en avant de diverses façons.

Plus tôt dans la journée, les États-Unis ont publié leur Rapport annuel sur la liberté religieuse dans le monde. C’est la quatrième fois que j’ai l’honneur de le présenter. Il comprend un inventaire complet des restrictions officielles et sociétales auxquelles sont confrontées les populations dans le monde lorsqu’elles essaient de pratiquer leur foi, et désigne les pays faisant l’objet de préoccupations particulières ayant pratiqué ou toléré des atteintes particulièrement graves à la liberté religieuse. Ce rapport signale aux pires coupables que le reste du monde les surveille, mais il contient également des informations qui nous aident, nous et d’autres, à cibler notre plaidoyer et à veiller à toucher les personnes qui en ont le plus besoin.

Dans le gouvernement Obama, nous avons placé la liberté religieuse parmi nos priorités diplomatiques. En collaboration avec les gouvernements, les organisations internationales et la société civile, nous avons contribué à élaborer et mettre en œuvre la Résolution 16/18 du Conseil des droits de l’homme (Nations unies) qui tente de protéger les personnes victimes d’agression ou de discrimination en raison de leur religion. Nous évoquons ces questions au plus haut niveau sur la scène internationale. J’ai personnellement discuté de liberté religieuse dans toutes les régions du monde, parfois à de nombreuses reprises. Nous avons nommé notre premier envoyé auprès de l’Organisation de coopération islamique. Nous avons entamé un dialogue stratégique avec la société civile et collaborons avec des responsables religieux et leurs communautés en vue de promouvoir la liberté de religion, la prévention et l’atténuation des conflits, le développement et le dialogue interreligieux. Ce dialogue s’accompagne d’un groupe de travail sur la religion et la politique étrangère qui a formulé des recommandations concrètes visant à renforcer notre approche sur la liberté religieuse et notre dialogue avec les communautés religieuses.

Au-delà de l’aspect diplomatique, nous avons élargi notre assistance aux personnes attaquées pour leurs croyances religieuses et aux défenseurs des droits de l’homme qui œuvrent dans un environnement hostile à promouvoir la liberté religieuse. Ces hommes et femmes font un travail vital, souvent dangereux, avec grand courage et nous sommes fiers d’être à leurs côtés.

Dans le cadre de notre dialogue avec la Chine sur les droits de l’homme, par exemple, nous avons invité des responsables chinois à se rendre sur le terrain pour constater que les organisations religieuses de notre pays dispensent des prestations de services sociaux utiles. Nous avons organisé la visite d’un organisme caritatif catholique qui aide les handicapés mentaux, d’une organisation qui lutte contre la discrimination contre Arabes-Américains, et bien d’autres.

Nous disséminons aussi un message de tolérance et d’inclusion parmi les jeunes. Il y a quelques années, Hannah Rosenthal, notre Envoyée spéciale pour le contrôle et la lutte contre l’antisémitisme, et Farah Pandith, notre Représentante spéciale auprès des communautés musulmanes, ont participé au sommet sur la tolérance de l’OSCE. Elles en sont revenues avec une idée.

Elles ont commencé à demander à des jeunes de s’engager à passer seulement une heure avec des personnes qui ne leur ressemblent pas ou ne prient pas comme eux. Les juifs ont été encouragés à se porter volontaires pour nettoyer des mosquées, les musulmans à aider des chrétiens âgés à venir à l’église, et ainsi de suite. Cette campagne, désormais intitulée 2012 heures contre la haine, a entraîné des jeunes du monde entier à passer des dizaines de milliers d’heures à se mettre à la place d’autrui. C’est même devenu l’une des initiatives officielles des Jeux Olympiques de Londres.

Et c’est quelque chose que nous devons tous faire. Il y a sept ans, lorsque j’étais sénatrice, j’ai fait une allocution sur la liberté religieuse lors d’un dîner et j’ai défié toutes les personnes présentes de réfléchir à des moyens de faire avancer la liberté religieuse, notamment, en citant Eléonore Roosevelt, « dans des petites choses, dans le quotidien ». J’ai dit qu’il nous incombait à chacun d’entre nous de veiller a ce que notre pays, qui s‘est toujours montré été exemplaire en termes de liberté religieuse, continue à l’être.

Notre mission est toujours aussi importante aujourd’hui.

Les États-Unis ont été fondés, entre autres, par des populations qui fuyaient les persécutions religieuses et rêvaient d’un lieu où elles pourraient vivre selon leurs croyances, sans peur, sans honte et sans devoir se cacher. Et de nos jours, ce lieu est ici. En dépit de toutes nos difficultés, il est indubitable que la religion occupe une place importante pour la grande majorité des Américains, et que des personnes de toutes confessions et des agnostiques vivent ouvertement en Amérique et vivent en paix les uns avec les autres. La vie religieuse de notre pays est dynamique et bien vivante. Et cela n’a été possible que grâce à la capacité de tolérance et de respect des Américains au fil des ans, mais aussi grâce au gouvernement, ses trois pouvoirs confondus, qui s’est efforcé de faire respecter notre constitution et a pris tout particulièrement soin de ne favoriser aucune religion et de protéger également les droits de tous.

Ceci a exigé une vigilance et des efforts continus et nous savons tous que ce chemin a été parsemé d’affrontements, d’embûches et de débats passionnés et vigoureux. Nous sommes constamment à la recherche d’une union plus parfaite vers laquelle nous nous acheminons. Bien entendu, à l’instar de toute entité non divine, nous ne sommes pas parfaits. Mais nous devons être fiers et reconnaissants de la sagesse de nos pères fondateurs et de la diligence dont ont fait preuve leurs successeurs afin de protéger cette liberté fondamentale. Elle est rare en ce monde mais elle ne devrait pas l’être.

Parce que les êtres humains ne sont pas trop exigeants. Ils veulent juste adorer leur Dieu, élever leurs enfants, se bâtir un foyer, honorer leurs ancêtres et pleurer leurs défunts d’une façon chère à leur cœur et conforme à leurs croyances. Qu’y a-t-il de plus fondamental dans la dignité humaine que cela ?

C’est ce que la liberté religieuse a rendu possible. Et c’est la raison pour laquelle les États-Unis défendront les valeurs et les principes représentés par la liberté religieuse, non seulement pour eux-mêmes, mais pour tous, partout dans le monde. C’est une valeur garantie par notre constitution, mais nous savons d’expérience qu’elle s’inscrit au cœur de la stabilité et de la sécurité d’un grand nombre de pays. Et dans le monde globalisé dans lequel nous vivons, cela veut dire que cela affecte la sécurité et la stabilité des États-Unis d’Amérique. Je vous remercie donc de comprendre l’importance de cette valeur et de ce principe, et je souhaite que nous trouvions les moyens de continuer à la faire avancer, à la protéger et à la répandre.

Je vous remercie.

(Applaudissements)