DCSIMG
Skip Global Navigation to Main Content
Textes-Transcriptions

Les mesures diplomatiques de lutte contre la piraterie

27 octobre 2011
Le navire MV Pacific Express, incendié par des pirates somaliens, se dirige vers le port de Mombasa (Kenya). (AP Images)

Le navire MV Pacific Express, incendié par des pirates somaliens le 21 septembre 2011, est remorqué le long du canal Likoni par des bateaux du gouvernement kenyan.

Département d'État des États-Unis
Bureau de la porte-parole
Le 26 octobre 2011

Note d'information

Les mesures diplomatiques de lutte contre la piraterie

La piraterie au large de la Somalie est un fait criminel qui suscite une inquiétude croissante à l'échelle mondiale. La piraterie a des implications sérieuses et directes pour toutes les nations, allant du danger grandissant auquel s'exposent les marins à ses effets sur la livraison d'aide humanitaire et sur le commerce international. Afin de faire face à ce problème de sécurité commun, les États-Unis appliquent avec diligence une politique de vaste envergure, coordonnée, exhaustive et multilatérale de lutte contre la piraterie, axée sur la sécurité, la prévention et la dissuasion.

Les États-Unis sont fiers d'être un partenaire fondateur du Groupe de contact sur la piraterie au large des côtes somaliennes. Créé en janvier 2009 en application de la résolution 1851 du Conseil de sécurité des Nations unies, ce groupe est une assemblée internationale, volontaire, ad hoc, composée de plus de 70 pays, organisations et groupes industriels ayant pour volonté commune de faire traduire en justice les pirates, leurs commanditaires et leurs facilitateurs.

Au nombre de ses réalisations à ce jour, le Groupe de contact a :

• facilité la coordination opérationnelle d'une stratégie internationale sans précédent où plus de 30 pays ont uni leurs moyens en vue de protéger les bateaux en transit ;

• établi un partenariat avec l'industrie du commerce maritime visant à améliorer et promouvoir la pleine application des meilleures pratiques de gestion que les navires et équipages marchands peuvent adopter afin d'éviter, d'empêcher, de retarder et de contrer les attaques de pirates ;

• travaillé à renforcer la capacité de la Somalie et d'autres pays de la région à combattre la piraterie, en particulier en contribuant au Fonds d’affectation spéciale destiné à soutenir les initiatives prises par les États pour lutter contre la piraterie au large des côtes somaliennes ; enfin,

• lancé un nouveau Groupe de travail chargé de déstabiliser les entreprises pirates sur la côte, y compris leurs réseaux financiers associés, au moyen de mesures semblables à celles employées pour faire face à d'autres types de réseaux criminels transnationaux organisés.

On trouvera de plus amples informations, en anglais, sur l'appui des États-Unis à la campagne internationale de lutte contre la piraterie, aux sites suivants : http://www.state.gov/t/pm/ppa/piracy/index.htm et www.thecgpcs.org

(Diffusé par le Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat. Site Internet : http://iipdigital.usembassy.gov/iipdigital-fr/index.html)