DCSIMG
Skip Global Navigation to Main Content
En Bref

Les États-Unis solidaires de la France face au terrorisme

12 janvier 2015

Une foule portant des pancartes et agitant des drapeaux lors d’un rassemblement

De hauts responsables des agences américaines de répression collaborent avec leurs homologues français pour contrer le terrorisme, et ce, alors que le secrétaire d’État John Kerry annonce son intention de se rendre à Paris, le 15 janvier.

Le jour même où des milliers de personnes s’étaient rassemblées Place de la Nation à Paris, brandissant le tricolore et des pancartes sur lesquelles on lisait « Je suis Charlie », de hauts responsables américains se sont réunis avec leurs homologues français. Ils ont également rencontré le président de la République française, François Hollande, et son premier ministre, Manuel Valls. Objectif : amorcer le dialogue sur la stratégie à adopter face au terrorisme.

L’Attorney Général des États-Unis (ministre de la justice), Eric Holder, et le secrétaire adjoint à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, ont participé à une rencontre ministérielle internationale organisée le 11 janvier à Paris par le ministre français de l’intérieur, Bernard Cazeneuve. La réunion portait sur une vaste gamme de dossiers communs en matière de sécurité, y compris les initiatives contre le terrorisme, les combattants étrangers et la répression de l’extrémisme violent au lendemain des attentats perpétrés à Paris pendant la semaine du 4 janvier.

M. Mayorkas y a réitéré l’importance capitale des liens entre la sécurité des États-Unis et celle de leurs partenaires internationaux ; il a discuté de la question des combattants étrangers qui vont en Syrie et retournent ensuite dans leur pays – un motif de préoccupation commune – ainsi que des efforts conjoints contre l’extrémisme violent.

Le haut responsable a insisté sur le partage des renseignements impliquant des extrémistes violents qui regagnent leur pays après un séjour à l’étranger. Pour sa part, a-t-il indiqué, le département de la Sécurité intérieure partage systématiquement ce qu’il apprend avec les services répressifs étrangers comme avec ses partenaires dans le domaine du renseignement et de la sûreté nationale dans le souci d’assurer la sécurité collective.

Par ailleurs, le secrétaire d’État John Kerry, en déplacement en Inde, a annoncé le 12 janvier qu’il se rendrait à Paris le 15 de ce mois « pour réaffirmer les liens qui existent entre les États-Unis et leur plus vieil allié ».

M. Kerry a souligné que la relation des États-Unis avec la France dépassait le cadre « d’un jour ou d’un moment particuliers ». « C’est une relations de longue date, ancrée au plus profond de nos valeurs communes, et en particulier dans l’attachement que nous partageons envers la liberté d’expression », a-t-il ajouté.