DCSIMG
Skip Global Navigation to Main Content
Articles

Les femmes de courage envoient un message au monde

09 mars 2012
Michelle Obama, Hawa Abdallah Mohammed Salih, Hillary Rodham Clinton (AP Images)

Mmes Clinton et Obama présentent le prix 2012 du Courage féminin à Hawa Abdallah Mohammed Salih, du Soudan.

Washington - En 2000, les voyous qui ont kidnappé et violé Jineth Bedoya ont adressé un avertissement à la journaliste. « Fais attention, lui ont-ils dit. On envoie un message à la presse en Colombie. »

Mais la jeune femme, qui enquêtait sur un réseau de trafic d'armes, n'a pas baissé les bras pour autant. Elle a continué à exercer son métier de journaliste tout en cherchant à obtenir justice, pour elle-même et pour les autres victimes de violence sexuelle et sexospécifique.

Des années plus tard, le 8 mars, Jineth Bedoya a été mise à l'honneur au département d'État qui lui a décerné le prix du Courage féminin (International Women of Courage Award) sous les regards admiratifs de la première dame, Michelle Obama, de la secrétaire d'État, Hillary Rodham Clinton, de hauts responsables du gouvernement des États-Unis, de dignitaires étrangers, de parlementaires, de militants communautaires et de deux lauréates du prix Nobel de la paix, Leymah Gbowee et Tawakkol Karman. Lors de l'allocution qu'elle a prononcée à l'occasion de la remise des prix, Mme Obama a fait l'observation suivante : « Aujourd'hui, à chaque fois qu'elle rédige un article et à chaque fois qu'elle se présente en public, c'est Jineth qui envoie son propre message, faisant savoir qu'elle ne cédera pas, qu'elle n'abandonnera pas et que jamais elle n'acceptera d'être réduite au silence. »

Jineth Bedoya comptait parmi les 10 femmes auxquelles le département d'État a décerné un prix en récompense de leur courage et de leur leadership exceptionnels dans la défense des droits et de l'émancipation des femmes, souvent en s'exposant à de grands risques.

Depuis la création de ce prix, en 2007, le département d'État a ainsi récompensé 46 femmes de 34 pays. Cette année, pour la première fois, l'une des lauréates était originaire de Birmanie. Zin Mar Aung a passé onze ans en prison, sous la férule du régime birman, pour son militantisme politique lors des soulèvements estudiantins de 1996 et 1998 en faveur de la démocratie. À sa libération, elle a fondé une association d'entraide pour les ex-prisonnières politiques et une école de sciences politiques à Rangoon pour les militantes de la société civile.

Toutes les lauréates, a commenté la première dame, envoient un message à chaque fois qu'elles accomplissent un acte de courage : « Ce message, c'est que l'injustice ne triomphera pas, que l'inégalité ne sera pas tolérée et qu'elles ne resteront pas muettes en présence du mal. »

Outre Jineth Bedoya et Zin Mar Aung, les lauréates du prix 2012 sont les suivantes :

• Son Excellence Maryam Durani, membre du Conseil de la province de Kandahar (Afghanistan).

• La commandante Pricilla de Oliveira Azevedo, officier de police, police militaire de Rio de Janeiro (Brésil).

• Hana Elhebshi, architecte et militante politique (Libye).

• Aneesa Ahmed, militante contre la violence sexospécifique et ex-vice-ministre de la condition féminine (Maldives).

• Shad Begum, militante des droits de l'homme et fondatrice/directrice d'Anjuman Behbood-e-Khawateen Talah (Union pour le bien-être des femmes) (Pakistan).

• Samar Badawi, militante politique (Arabie saoudite).

• Hawa Abdallah Mohammed Salih, militante des droits de l'homme (Soudan).

• Son Excellence Safak Pavey, membre du parlement (Turquie).

Dans son allocution, Mme Clinton a exprimé le désir d'entendre « un chœur international » composé de femmes et de filles qui revendiquent « les mêmes droits et les mêmes possibilités que leur père et leurs frères et leurs fils ». La secrétaire d'État leur a promis que les États-Unis utiliseraient tous les outils à leur disposition pour les aider.

Après la cérémonie, les lauréates ont entamé une tournée dans dix villes des États-Unis, l'occasion pour elles de nouer des contacts avec leurs homologues américaines dans le cadre du programme des visiteurs étrangers du département d'État (International Visitor Leadership Program).

Par ailleurs, Mme Clinton a annoncé son intention de publier la première directive ministérielle du gouvernement des États-Unis consacrée au genre. Cette directive, a-t-elle précisé, « donnera pour instructions à nos ambassades et à nos bureaux de mettre en place des mesures concrètes visant à promouvoir l'égalité des sexes et à rehausser le statut des femmes et des filles dans toutes nos activités de manière à faire progresser notre sécurité nationale et nos objectifs de politique étrangère ».

La biographie des lauréates du prix 2012 (en anglais) est affichée sur le site du département d'État.