DCSIMG
Skip Global Navigation to Main Content
Articles

La journée Martin Luther King : l'occasion de servir son prochain

Par Jane Morse | Rédactrice | 10 janvier 2012
Martin Luther King saluant la foule (AP Images)

Martin Luther King salue la foule massée devant le monument à la mémoire de Lincoln le 28 août 1963, le jour de la grande marche sur Washington et de son célèbre discours « J'ai fait un rêve ».

Washington - Le pasteur Martin Luther King, dont les États-Unis célèbrent la mémoire tous les ans le troisième lundi de janvier, est le porte-parole par excellence de l'activisme non violent aux États-Unis, ayant été une figure de proue du mouvement des droits civiques.

Né le 15 janvier 1929, ce ministre du culte baptiste voua sa vie à la lutte pour l'égalité des droits en faveur de tous les Afro-Américains et de toutes les minorités marginalisées et en butte à la discrimination aux États-Unis. Entre 1957 et 1968, il sillonna le pays sans relâche et dénonça inlassablement l'injustice lors de quelque 2.500 interventions publiques. Il fut arrêté, agressé et insulté sous toutes les coutures, et son domicile fit l'objet d'un attentat à la bombe. Mais jamais il ne renonça à son rêve, celui de voir un jour « les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves (. . .) s’asseoir ensemble à la table de la fraternité ».

L'action de Martin Luther King retint l'attention du monde entier et elle mobilisa, dans ses propres termes, une « coalition de consciences » qui contribua à changer la société américaine et à faire adopter de nouvelles lois visant à protéger les droits civiques.

En 1964, le pasteur King devint le plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix en récompense de son combat qui vint à bout de la ségrégation et de la discrimination raciales. Il utilisa l'argent de la dotation pour continuer à financer le mouvement des droits civiques.

Défenseur des droits civiques des minorités, il prit aussi fait et cause pour les travailleurs. « Le mouvement travailliste [aux États-Unis] fut la force principale qui transforma la misère et le désespoir en espoir et en progrès, déclara-t-il en 1965. Au prix de combats audacieux, ce mouvement fut à l'origine de réformes économiques et sociales qui donnèrent naissance à l'assurance-chômage, aux retraites, à l'assistance publique pour les indigents et, surtout, au relèvement des salaires à un niveau qui permette non pas la simple survie, mais une existence tolérable ».

Martin Luther King était convaincu que tout métier était une source de dignité, et la justice économique une composante essentielle de la réforme en faveur des droits civiques. « Que sert-il à un homme de pouvoir manger à un comptoir de cafétéria ouvert à tous s'il ne gagne pas assez pour se payer un hamburger et une tasse de café ? », demanda-t-il en 1968.

Le pasteur mourut en défendant ses convictions. Le 4 avril 1968, debout sur le balcon de sa chambre de motel à Memphis, au Tennessee, il fut assassiné par James Earl Ray, un suprématiste blanc au casier judiciaire chargé. Martin Luther King s'était rendu à Memphis pour prendre la tête d'une manifestation placée sous le signe de la solidarité avec les éboueurs en grève de la ville.

Une campagne destinée à honorer sa mémoire ne tarda pas à prendre forme après son assassinat. Les syndicats ouvriers fournirent le capital financier et social nécessaire pour conférer une envergure nationale au mouvement en faveur de la commémoration de l'anniversaire de sa naissance. En 1983, le président Ronald Reagan donna force de loi au texte qui fait de ce jour une fête fédérale, mais ce n'est qu'en 2000 qu'elle fut observée officiellement pour la première fois dans les 50 États du pays.

En 1994, le Congrès désigna cette fête « journée nationale de service », invitant les Américains de toutes conditions à faire du bénévolat ce jour-là pour contribuer à réaliser la vision du pasteur King, celle d'une « communauté vénérée ».

Celui-ci déclara un jour : « La question la plus persistante et la plus urgente de l'existence est celle-ci : Que faites-vous pour les autres ? » Chaque année, les Américains tentent de répondre à cette question en participant bénévolement à diverses activités, qu'il s'agisse de recueillir des fonds pour des associations caritatives ou de collecter et de distribuer des vivres aux personnes dans le besoin.

« Nous avons l'occasion de faire de l'Amérique un pays meilleur, déclara-t-il la veille de sa mort. Je n'y serai peut-être pas avec vous. Mais je veux que vous sachiez ce soir que notre peuple atteindra la Terre promise. »

(Les articles du site «IIP Digital» sont diffusés par le Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat. Site Internet : http://iipdigital.usembassy.gov/iipdigital-fr/index.html)

Barack Obama fait de la peinture sur un mur, avec d'autres personnes. (AP Images)

Le président Obama se joint à d'autres pour décorer la cafétéria du collège Stuart Hobson, à Washington, à l'occasion de la journée Martin Luther King en 2011.